Reusable Content 5301

0

En général, donc, les premiers secours sont disponibles pour toute personne qui en a besoin dans des situations d’urgence et d’urgence, que l’arrivée à l’établissement soit autonome et spontanée ou médiatisée par le Service d’urgence du Territoire (via le numéro unique 112 ) et donc éventuellement transportée à l’aide de véhicules de secours de base ou spécialisés appropriés.

A l’inverse, il est déconseillé de se rendre aux urgences dans une tentative de résolution non urgente, non inquiétante ou autrement soluble par le médecin de famille ou par le pédiatre de libre choix ou par les médecins de la continuité des soins.

Jamais comme dans le cas du réseau d’urgence, le bon usage est en effet fondamental pour garantir l’efficacité du service lui-même, dans l’intérêt du droit à la santé de tous : toute visite inutile risque, par exemple, de compromettre la rapidité des interventions en faveur de ceux qui ont réellement urgence.

Voici donc, à titre d’exemple, quelques-unes des raisons pour lesquelles les gens se rendent souvent aux urgences mais qui, en réalité, ne le nécessiteraient pas :

  •     d’obtenir la prescription d’ordonnances en contournant le médecin de famille, le pédiatre de libre choix ou les médecins de continuité d’assistance (la soi-disant « garde médicale ») ;
  •     éviter les listes d’attente ou le paiement du ticket en cas de visites chez un spécialiste ou autres contrôles cliniques non urgents ;
  •     pour résoudre des problèmes de nature sociale ou de bien-être (pour lesquels il serait plus approprié de contacter les services sociaux et de santé appropriés de votre région) ;
  •     recueillir des avis sur des situations cliniques déjà largement connues ou chroniques, en l’absence d’évolutions de nature à faire craindre un risque de complications ou une évolution de la maladie.

En résumé, on pourrait dire que c’est une bonne idée d’éviter les urgences chaque fois qu’il y a une alternative à prendre sans craindre que le tableau clinique s’aggrave ou devienne inquiétant.

Comment fonctionne le tri ?

Une fois aux urgences, le patient est normalement accueilli par un personnel soignant expert et spécialement formé qui recueille les données et évalue les symptômes, aussi et surtout pour comprendre avec quelle urgence il sera traité. En effet, c’est toujours le patient évalué comme le plus grave qui prime aux urgences, pas celui qui arrive le premier ; de la même manière, par exemple, arriver en ambulance ne détermine pas forcément une priorité : même dans ce cas, tout dépend des symptômes et du niveau de gravité réel rencontré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici